Union locale SUD/Solidaires Aubervilliers

Union des syndicats SUD/Solidaires d'Aubervilliers

Luttes de quartiers : La Frette et la Maladrerie se mettent au Community organizing

Inspiré des méthodes du Community organizing nait dans les années 1930 aux Etats-Unis, Alliance citoyenne est une association qui s’est montée tout d’abord à Grenoble en 2012, puis à Aubervilliers l’an dernier. En quelques jours à peine, des actions ont été mises en place pour répondre à la colère des habitants.

Organiser sur des bases de quartier
L’objectif de l’association est d’organiser les habitants d’un même quartier pour résoudre des problèmes locaux, revendiquer des améliorations concrètes sur leur lieu de vie en organisant collectivement des actions. En cela, elle se situe dans la continuité du syndicalisme révolutionnaire, mais en organisant les personnes sur la base du quartier plutôt que de l’entreprise. À Grenoble, plusieurs comités se sont déjà créés et se coordonnent au niveau de la ville. Avec la création du groupe d’Aubervilliers, l’association vise à développer ces méthodes à une échelle nationale. Le principe est de rendre les habitants acteurs et à l’origine de leur propre campagne, après avoir formulé clairement leur demande. Le but ? Organiser des contre pouvoirs, mobiliser les gens en les rendant acteurs sur des questions qui les concernent directement, au quotidien. La parole doit être ouverte car toutes les colères sont légitimes. Mais ces colères doivent permettre d’identifier la source réelle des injustices sociales.

La maladrerie

La maladrerie

Un travail de terrain actif
Durant plusieurs mois, les membres de l’association ont réalisé un véritable travail de fourmi en faisant du porte à porte pour discuter, relever les problèmes rencontrés (des problèmes d’ascenseur, de propreté dans les immeubles, de manque de professeurs dans les écoles mais aussi de sécurité). Cela a abouti aux premières réunions qui ont eu lieu début juin dans deux quartiers d’Aubervilliers : le 5 juin à la Maladrerie-Emile Dubois, et le 18 juin pour le quartier La Frette - Pont blanc à La Brèche. Cette dernière a réuni environ 70 personnes. Appliquant les méthodes d’éducation populaire pour éviter de noyer les habitants dans des réunions interminables et peu efficaces, les organisateurs ont mis en place des modalités de débats originaux. Après une brève présentation du projet, les organisateurs ont séparé les membres en plusieurs groupes thématiques (panne d’ascenseur, entretien des parties communes, jeunesse, facture d’eau). Pour plus d’efficacité, les groupes, dans un temps limité, devaient lister les problèmes rencontrés sur cette thématique, définir les responsables et les acteurs qui peuvent agir sur ce problème (élus, administrations, bailleurs sociaux,…), et proposer des actions réalisables et non-violentes. Par la suite, les différents groupes ont exposé leurs propositions à l’ensemble de l’assemblée qui a décidé de les mettre ou non en oeuvre.
Premières actions et perspectives
Ainsi, une action a déjà été menée vis-à-vis de l’OPH le 9 juin, aboutissant à des engagements de travaux d'une rue et d'un parking (barrière automatique en panne depuis près de 2 ans), ainsi qu'à 12 mois de remboursement d'une partie des loyers pour tous les locataires d’Emile Dubois et de la Maladrerie qui se sont organisés. La prochaine assemblée du quartier La Frette – Pont Blanc est prévue pour le mois d’octobre et d’autres actions devraient être organisées à la rentrée pour faire face au non remplacement de professeurs (problèmes récurant et qui nous concerne directement à Sud éducation). Bien évidemment, les associations et syndicats présents sur le quartier sont invités à soutenir les actions, mais le pouvoir de décision et d’initiative doit rester aux mains des habitants eux-mêmes.

Pour plus d’informations et pour suivre l’actualité de l’association :

https://alliancecitoyenne.org/

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :